Skip to navigation (Press Enter) Skip to main content (Press Enter)

Un soutien précieux de la part des chefs d’équipe

Pour pouvoir participer aux WorldSkills, il est important de suivre un entraînement spécialisé. Mais ce qui est essentiel, c’est de pouvoir donner le meilleur de soi le jour des compétitions. C’est là qu’intervient Silvia Blaser, préparatrice mentale et cheffe de l’équipe. Mais participer à quatre jours de compétitions est aussi exigeant physiquement parlant. Daniel Steiner, physiothérapeute et chef d’équipe lui aussi, veille donc à ce que les membres de l’équipe soient en bonne santé physique.

Tout est dans la tête 

Pour Silvia Blaser, préparatrice mentale et cheffe du SwissSkills Team, l’entraînement mental est l’une des clés qui mènent au succès. Elle estime qu’il est tout aussi important que l’entraînement spécialisé et le soutien de l’entourage (experts, associations professionnelles, possibilités d’entraînement des candidats, organisation et planification optimale de SwissSkills, etc.). « Aux WorldSkills, les meilleurs s’améliorent constamment et les participants des différents pays sont de mieux en mieux entraînés et préparés sur le plan technique.

La force mentale n’y est pas pour rien, loin de là ; elle permet aux jeunes de rester à la pointe, déclare Silvia Blaser. Grâce à l’entraînement mental, ils apprennent à se concentrer entièrement sur leur stratégie, leur planification et leur savoir-faire, à croire en eux et en leurs compétences et à ne pas se laisser distraire par leur entourage, leurs concurrents ou les imprévus. Il existe également des moyens de mieux gérer ou prévenir la pression, la peur, le stress, la nervosité, les attentes, les erreurs et les échecs. »

Santé et forme physique : deux atouts indispensables

Daniel Steiner, physiothérapeute et l’un des chefs du SwissSkills Team, évite de trop intervenir et préfère donner de bons conseils d’ordre général : « Les candidats sont très différents, par exemple du point de vue sportif. Je suis toutefois disponible pour les conseiller de manière individuelle s’ils le souhaitent. » Sa tâche principale est de veiller à ce que chacun soit en bonne condition physique. Il assiste les jeunes qui ont des blessures afin qu’ils puissent suivre leur entraînement. Et qui dit santé, dit alimentation. Daniel Steiner estime qu’une alimentation équilibrée est primordiale. Il n’hésite d’ailleurs pas à conseiller les candidats ou leurs experts en la matière. « Il est important de se fixer des objectifs réalistes. Si j’ai affaire à quelqu’un qui a besoin de boire son Red Bull le matin, je lui fais tout simplement remarquer qu’il risque de ne pas pouvoir s’en procurer à Kazan et qu’il aurait donc meilleur temps d’en prendre avec lui. » Pendant les compétitions, Daniel Steiner se charge surtout des douleurs psychosomatiques qui surgissent chez les jeunes sous pression ou dont la journée ne s’est pas déroulée de manière optimale. Il intervient également en cas d’éraflures, de contusions et d’autres petites blessures.