Skip to navigation (Press Enter) Skip to main content (Press Enter)

La Suisse aux WorldSkills: «Nous devenons meilleurs en nous mesurant aux autres»

Voilà deux jours que la relève des métiers de Suisse affronte la concurrence internationale aux championnats WorldSkills, à Abou Dhabi. Pour notre petit pays, les WorldSkills sont une occasion en or de démontrer au monde l’excellence de notre système de formation professionnelle et de l'économie suisse. En même temps, la comparaison avec les autres nations – plus précisément leurs fédérations professionnelles – livre des enseignements précieux pour l’avenir.

Les 38 membres de l’équipe SwissSkills lutteront jusqu’à mercredi soir dans la capitale des Émirats Arabes Unis. «Les concours WorldSkills sont une jauge de la compétitivité internationale de notre formation professionnelle, voire de notre système de formation en général», explique Reto Wyss, conseiller d’État, président de la fondation SwissSkills et directeur de la formation et de la culture du canton de Lucerne. Les membres de l’équipe suisse démontrent, par leurs prestations remarquables, le niveau d’excellence fourni par notre système de formation professionnelle, ajoute-t-il. «Nous pouvons ainsi montrer à nos jeunes l’ampleur des perspectives d’épanouissement que notre système leur offre.»

Un étalon de mesure pour les fédérations professionnelles

Pour Josef Widmer aussi, directeur adjoint du Secrétariat d'État à la formation, à la recherche et à l'innovation (SEFRI), les WorldSkills sont «le contexte idéal pour exposer les points forts de notre système». Les organisations professionnelles sont les premières intéressées par les performances aux WorldSkills: en effet, les enseignements tirés des concours à Abou Dhabi permettront d’améliorer les formations en Suisse. «Nous allons identifier les domaines où nous pouvons nous améliorer ou rectifier le cap au besoin, afin de briller encore davantage à l’avenir. La comparaison internationale nous aide à devenir meilleurs», complète Josef Widmer.

Une concurrence âpre

Cela dit, lors de l’interprétation des résultats, il faut adopter une approche différenciée. «Il s’agit, en premier lieu, d’une compétition entre des candidats individuels, et non pas entre des systèmes de formation», explique Josef Widmer. De plus en plus, on constate la progression de pays qui ne disposent pas d’un système de formation professionnelle véritablement structuré, mais qui préparent durant des années leurs candidats aux concours mondiaux, en accentuant les aptitudes spécifiques requises. La concurrence est donc devenue plus féroce. Quant aux candidats de l’équipe SwissSkills, ils suivent la formation suisse «normale», beaucoup plus générale. «Nous pouvons être fiers de continuer à exceller même dans ces circonstances. Cela montre bien la solidité et la qualité de l’ensemble de notre système de formation professionnelle», affirme Reto Wyss, président de SwissSkills. À noter cependant que même pour l’équipe suisse, au fil des années, la préparation spécifique aux WorldSkills a gagné en importance. Les candidats et leurs experts se préparent intensément presque toute une année aux concours – mais, contrairement à la concurrence, essentiellement pendant leur temps libre. «Cet effort supplémentaire est indispensable pour se démarquer, et souligne la fantastique résolution de nos jeunes professionnels, qui défendent si vaillamment les couleurs suisses à Abou Dhabi», conclut Reto Wyss.

N.-B.: Annonce des résultats

Les épreuves des concours WorldSkills se terminent mercredi soir. Les résultats ne seront toutefois annoncés que lors de la cérémonie de clôture, jeudi soir.

Indiquer les documents de presse relatifs à ces nouvelles