Skip to navigation (Press Enter) Skip to main content (Press Enter)

Direction Budapest

Chaque mois jusqu’aux EuroSkills de Budapest, notre rubrique spéciale est dédiée à la découverte d’un membre d’équipe. Aujourd’hui, nous vous présentons Simon Rüedi, de Niederösch.

Simon Rüedi est mécanicien en machines agricoles et en machines de chantier CFC – une vocation née, selon lui, de son attrait pour les machines, les moteurs et la mécanique.

Élevé  dans une ferme, Simon Rüedi a grandi entouré de machines agricoles. «C’est de là qu’est né mon attrait pour les machines, les moteurs et la mécanique», dit-il.

Actuellement, Simon Rüedi travaille chez Studer Land- und Umwelttechnik AG à Lyssach (BE). Il y a aussi réalisé ses trois ans d’apprentissage de mécanicien en machines agricoles et en machines de chantier CFC. Quelles sont les particularités du métier de Simon Rüedi? «Mon métier est extrêmement divers d’un point de vue technique, du coup mon quotidien de travail est très varié. Je suis en contact avec beaucoup de monde, ça me plaît énormément.»

Aux EuroSkills de Budapest, Simon Rüedi devra accomplir quelques tâches épineuses: par exemple, localiser et corriger des erreurs dans l’électrique et l’électronique d’un appareil. Cela lui demande de travailler avec des notices de réparation électroniques en langue anglaise – ce qui n’est pas pour lui faciliter les choses. «Je suis en train d’améliorer mon anglais; et pour ça, avant Budapest, je vais encore passer une semaine à l’étranger», déclare Simon Rüedi.

Outre divers travaux de réglage sur des moteurs, transmissions ou engrenages, Simon Rüedi devra effectuer l’entretien d’une climatisation, et bien plus encore. «Mes principales forces sont la lecture de schémas et la mise en œuvre. J’ai rapidement des idées pour résoudre un problème.»

C’est avec de grandes ambitions que Simon Rüedi se rend à Budapest. Il entend bien gagner et faire ainsi jeu égal avec son collègue de travail Adrian Krähenbühl, qui a décroché la médaille d’or aux WorldSkills 2018 d’Abu Dabi.

Et après Budapest? «J’ai commencé une formation de technicien diagnostic. Après les EuroSkills, je vais m’y remettre à fond.»

Simon Rüedi est encadré par son expert Paul Sidler.