Skip to navigation (Press Enter) Skip to main content (Press Enter)

Les experts se préparent pour Abou Dhabi

Préalablement aux WorldSkills d’Abou Dhabi, l’organisateur WorldSkills International (WSI) a apporté quelques modifications au concours et formule des exigences plus strictes à l’égard des experts. C’est pourquoi, les 13 et 14 janvier derniers, SwissSkills a dispensé à ces derniers une formation avec un accompagnement international.

L’association WorldSkills International (WSI), qui organise les Concours Mondiaux des Métiers, prépare depuis longtemps des nouveautés et des améliorations. Elle vient entre autres de préciser les responsabilités dans les différents métiers. Par exemple, le contenu des épreuves est désormais défini par des «Skills Competitions Managers», ce qui permet aux Chief et Deputy Chief Experts de se concentrer sur le bon déroulement de la compétition à proprement parler. Par ailleurs, des précisions ont été apportées, par exemple dans les règles qui régissent les relations entre les experts et les candidats ou encore dans les règlements d’évaluation.
Autre nouveauté des WorldSkills Abou Dhabi 2017: seuls les experts ayant suivi une formation (appelée «Access Program») seront autorisés à évaluer le travail des candidats. Les autres seront autorisés uniquement en qualité d’observateurs.

Echange avec les collègues étrangers

A l’initiative du délégué technique, Rico Cioccarelli, SwissSkills a donc dispensé une formation spéciale les 13 et 14 janvier derniers. Plus de 60 experts, dont une trentaine de participants venus du Liechtenstein et du Tyrol du Sud, se sont retrouvés à cette occasion à la Haute école professionnelle du sud-est de la Suisse, à Coire. Un contact étroit étant depuis longtemps établi avec les collègues de ces deux pays, il était logique d’organiser une formation collective, explique Rico Cioccarelli. «Les experts doivent bien coopérer les uns avec les autres. Leurs échanges en dehors du concours sont donc profitables à tous et leur facilitent le travail dans les situations critiques», précise-t-il.

Une formation de première main

La formation des experts, qui marquait le début de la phase de préparation aux WorldSkills à Abou Dhabi, avait notamment pour objectif de placer très haut les exigences de qualité de SwissSkills dans le cadre des concours des métiers internationaux. C’est pourquoi les modules de formation n’ont pas été dispensés par des intervenants internes. Les deux formatrices, Jenny Shackleton et Sally Messenger, occupent des fonctions au sein de WSI. Elles ont expliqué en détail aux participants les règlements et instructions complexes en anglais, langue de travail de WSI.
Même les experts très doués pour les langues ont été mis à l’épreuve, poursuit Rico Cioccarelli, précisant que tous se sont beaucoup impliqués et qu’il régnait une très bonne ambiance. «Ne serait-ce que cela», insiste-t-il: «Le bon climat et les échanges entre experts ont profité à tous et à la chose», conclut-il.

Montrer tous les photos de la gallerie