Skip to navigation (Press Enter) Skip to main content (Press Enter)

Hier et aujourd’hui: Thomas Gugger

Qu’est-il advenu des anciens participants aux compétitions WorldSkills ou EuroSkills? Comment ces dernières ont-elles changé leur vie professionnelle?
Dans cette rubrique, nous présentons tous les mois un membre de la Swiss Team des précédentes éditions. Aujourd’hui Thomas Gugger, carreleur de formation, qui a remporté en 2011 la médaille d’or aux WorldSkills Competitions de Londres, en Angleterre.

Qui est Thomas Gugger?
Thomas Gugger est un pur produit de l’Oberland bernois. C’est un homme serein et réfléchi. Et pas seulement au travail, dirait-on. Il va bientôt s’installer à Buchholterberg, près de Thoune, où il a grandi. C’est là qu’il succèdera un jour à ses parents à la tête de la ferme familiale.

Quel a été ton parcours professionnel depuis les WorldSkills Competitions 2011?

J’ai été carreleur plusieurs années avant de suivre un apprentissage d’agriculteur CFC. Aujourd’hui, je suis homme à tout faire dans la construction. Je travaille actuellement sur le chantier de la maison de mon maître d’apprentissage. J’assiste les artisans aux métiers divers et je réalise naturellement aussi les travaux de carrelage.
J’aimerais reprendre un jour la ferme de mes parents. Toutefois, je ne sais pas encore exactement quelle direction donner à l’exploitation. Ce que je sais, c’est que je veux lui donner un profil clair. Aujourd’hui, même dans l’agriculture, il est important de se spécialiser.

Qu’est-ce qui a changé dans ta vie depuis l’époque du Concours des métiers?

Je n’ai pas beaucoup changé. Ma participation aux WorldSkills Competitions m’a en tout cas appris à gérer la pression. Je suis devenu plus résistant et j’ai gagné en endurance.

Qu’est-ce que les championnats des métiers t’ont apporté d’un point de vue personnel et professionnel?

Ils m’ont certainement ouvert des portes. SwissSkills est une excellente référence. Je la compare parfois à une agence de placement professionnel. Lors des WorldSkills Competitions, j’ai pu nouer des contacts qui perdurent aujourd’hui encore. Nous nous retrouvons chaque année pour un week-end en équipe. J’organise aussi de temps en temps des activités avec quelques anciens membres de l’équipe, une journée au ski, par exemple.