Skip to navigation (Press Enter) Skip to main content (Press Enter)

Hier et aujourd’hui: Daniel Keller

Qu’est-il advenu des anciens participants aux compétitions WorldSkills ou EuroSkills? Comment ces dernières ont-elles changé leur vie professionnelle?

Dans cette rubrique, nous présentons tous les mois un membre de la Swiss Team des précédentes éditions. Aujourd’hui Daniel Keller, ferblantier de formation, qui a remporté la médaille d’or aux WorldSkills Competitions 2007 à Shizuoka, au Japon.

Qui est Daniel Keller? Lorsque, en 2007, Daniel Keller participe aux WorldSkills Competitions à l’âge de 20 ans, il travaille encore dans son entreprise formatrice. Il a désormais 29 ans et possède le titre de maître ferblantier avec diplôme fédéral depuis un an.

Quel a été ton parcours professionnel depuis les WorldSkills Competitions 2007?

J’ai d’abord suivi la formation de contremaîtres puis, deux ans plus tard, la formation de maître-artisan, que j’ai terminée il y a un an. Aujourd’hui, je travaille pour R. Bosshard AG, à Dietikon. C’est une PME d’une vingtaine de salariés spécialisée dans les toitures et la zinguerie. Je suis responsable de l’exécution intégrale des commandes, du premier contact avec les clients à la facturation finale. Je travaille donc beaucoup moins sur le chantier qu’au bureau.

Qu’est-ce qui a changé dans ta vie depuis le Concours des Métiers?

Ces dernières années, mes deux formations complémentaires ont beaucoup influencé ma vie professionnelle. Les WorldSkills Competitions remontent à quelques années déjà, mais on m’en parle encore souvent.

Qu’est-ce que les championnats des métiers t’ont apporté d’un point de vue personnel et professionnel?

Pendant la compétition, les délais d’exécution étaient très serrés et beaucoup de gens étaient présents. Cela créait une certaine pression. Je m’étais bien préparé et je ne me suis pas laissé perturber. Cette expérience m’a inculqué une certaine sérénité, qui est aujourd’hui encore un atout dans ma vie professionnelle et privée.

Je dois avouer que j’ai un peu perdu le contact avec mes coéquipiers de l’époque. Mais nous avons passé un très bon moment ensemble lors d’une rencontre des anciens, il y a quelque temps déjà.