Skip to navigation (Press Enter) Skip to main content (Press Enter)

Coup d’envoi du championnat du monde des spécialistes en enveloppe des édifices

Les quatre équipes de spécialistes en enveloppe des édifices suisse sont déjà arrivées depuis lundi à Riga en Lettonie et elles se préparent au championnat du monde des métiers de la toiture, de l'étanchéité, de la construction de façades et de la toiture métallique. De grands espoirs sont fondés sur les huit jeunes talents. La Suisse envoie ses meilleurs éléments pour concourir. Vitor Magalhaes et Baptiste Rohrbach sont de Romandie. Les deux représentent la Suisse dans la discipline des toitures métalliques. Pour la seconde fois, après son titre de champion du monde obtenu en 2012, la Suisse participe dans cette catégorie. Vitor Magalhaes est déjà expérimenté en championnat du monde. Il est rentré chez lui en 2016 après le championnat du monde de Varsovie avec la médaille de bronze des couvreurs.

C’est le jour J: début des compétitions des 31 équipes de 11 pays. Depuis lundi, les équipes suisses et leurs entraîneurs ont pris possession du terrain, analysé les modèles et se sont préparés mentalement pendant ces jours de stress. L’équipement inhabituel et les autres techniques de travail sont l’un des plus grands défis aux Championnats du monde des métiers. Ceux-ci sont adaptés aux exigences internationales, mais souvent pas tout à fait adaptés à la journée de travail en Suisse. Ici, les spécialistes suisses en enveloppe des édifices doivent prouver cette fois-ci non seulement leurs compétences, mais aussi leur capacité d’adaptation. Même les deux participants au championnat du monde venant de Suisse romande se sont exercés comme les six jeunes talents dans les trois autres catégories – c’était une dizaine de jours auparavant. 

Ambassadeur de la profession et de la Suisse romande 

Sébastien Cettou est Directeur de la formation initiale et de la formation continue de l’Association Polybat, les Paccots. Comme un mentor, il a lui-même accompagné l’équipe toitures métalliques. Il est convaincu que les SwissSkills et généralement les Championnats des métiers aident à accroître l’estime pour la branche et ses métiers. Mais il reconnaît aussi le potentiel. Cela vaut également pour le développement de la branche. Parce que, comme il l’explique: « la rénovation des bâtiments est un métier d’avenir qui répond aux besoins actuels et futurs. Au cours des 100 prochaines années, nous n’allons pas nous ennuyer dans notre branche ! » Il a bien préparé les deux candidats « nous avons obtenu au préalable les plans et le travail à faire et avons construit les modèles d’après les plans.

Avec l’équipe, nous nous sommes penchés sur les détails, nous avons préparé le matériel et nous nous sommes exercés sur les modèles. Dans la pratique, beaucoup de questions sont apparues. Ainsi, nous avons constaté que parfois le travail avec le matériel fourni n’était pas réalisable. En outre, nous avons réalisé des variantes. Parce que nous ne disposions que de 80 % des tâches à réaliser» L’objectif est clair - l’équipe de Romandie tient à revenir à la maison avec une médaille. Toutefois, la Belgique et la France sont très bien placées dans la transformation du métal. Il faudra également compter avec les pays d’Europe de l’est. 

Reprendre un jour l’entreprise familiale

Le jeune Baptiste Rohrbach 22 ans de Bex a obtenu la médaille d’argent aux SwissSkills de 2014 dans la catégorie ferblantiers. Son père lui a transmis son enthousiasme pour le métier et lui a tout appris. Encore aujourd’hui, celui-ci travaille dans l’entreprise familiale de Rex. La restauration des bâtiments historiques sur le lac de Genève le fascine tout particulièrement. Pour le futur, il prévoit tout aussi bien une formation continue en vue de l’examen professionnel et de l’examen professionnel supérieur ou bien la reprise de l’entreprise de ses parents. Baptiste Rohrbach est convaincu que lui et ses coéquipiers seront en mesure d’atteindre la victoire pour la Suisse dans le domaine de la toiture métallique.

Trois apprentissages et expérience des championnats du monde

Pour Vitor Magalhaes, c’est la deuxième participation au championnat du monde. En 2016 déjà, le vice-champion suisse couvreur et con coéquipier Marco Muster ont obtenu la médaille de bronze dans cette discipline au championnat du monde de Varsovie. À présent, il rejoint Baptiste Rohrbach dans une catégorie du championnat du monde toitures métalliques. L’isolation des bâtiments anciens et même la restauration des bâtiments anciens jouent un rôle important dans son métier. Comme il a fait un apprentissage dans les trois métiers couvreur, étancheur et ferblantier, il est très polyvalent. « Souvent les domaines se rejoignent. Nous avons de nombreuses commandes pour lesquelles je peux utiliser les différentes compétences. » Cela rend son quotidien plus varié et stimule sa créativité. De plus, cet homme ayant l’expérience des championnats du monde apprécie beaucoup le contact avec les clients. « C’est un sentiment formidable que de voir les clients satisfaits et se réjouir du résultat. Alors nous savons pourquoi nous sommes là. » Il pourra vous recommander sa branche principalement en raison des excellentes possibilités de formation continue. 

Le 27ème championnat du monde des jeunes couvreurs se déroulera du 13 au 16 novembre à Riga en Lettonie. 31 équipes de 11 pays se mesureront dans les quatre catégories toiture, étanchéité toit plat, construction de façades et toitures métalliques. La cérémonie de remise des médailles aura lieu le vendredi 16 novembre. Le championnat du monde est organisé par un pays membre de l’IFD (Fédération internationale du métier de couvreur). En 2012, la compétition s’était déroulée à Lucerne. – organisée par l’association Enveloppe des édifices suisse.