Skip to navigation (Press Enter) Skip to main content (Press Enter)

Un système d’évaluation unifié pour 75 championnats et 1100 participants

Un travail préparatoire complexe s’impose, surtout du côté des associations professionnelles, afin qu’en septembre, les 75 championnats des métiers suisses se déroulent sans accroc. Près de 450 experts déterminent actuellement les critères d’évaluation et leur pondération dans leur profession respective. Pour ce faire, ils s’appuient sur un outil d’évaluation unifié, le Competition Information System (CIS), que WorldSkills International met gratuitement à disposition des pays membres.

Quelque 450 experts, membres des différentes associations professionnelles (organisations du monde du travail – OrTra) sont responsables de l’évaluation des participants. Pour la première fois, ils appliqueront le Competition Information System (CIS) lors des SwissSkills, un outil qui a déjà fait ses preuves lors de championnats internationaux des métiers (WorldSkills et EuroSkills).

Grâce au CIS, l’évaluation des participants sera beaucoup plus facile et rapide pendant les compétitions. Ce système effectue automatiquement toutes les évaluations et les calculs, pour autant que les critères d’évaluation et les paramètres aient été définis en détail auparavant. Pendant les compétitions, les experts peuvent donc se concentrer entièrement sur l’évaluation des participants.

« Le CIS propose des lignes directrices, afin que l’évaluation soit effectuée de manière juste et en respectant les normes unifiées. Il oblige les experts à se pencher suffisamment tôt et en détail sur chaque aspect de l’évaluation. Les critères d’évaluation doivent être déterminés et une pondération doit être attribuée à chacun d’entre eux », explique Rico Cioccarelli, responsable des compétitions des SwissSkills 2018. Ce qui ne signifie toutefois pas qu’il y a moins de travail à effectuer : « Lors de la phase de préparation, notre projet CIS offre un soutien important aux associations ayant peu d’expérience en matière de compétitions ou qui en organisent pour la première fois dans le cadre des SwissSkills 2018. »

Un soutien important de la part de Skills Advisors expérimentés

SwissSkills 2018 met des Skills Advisors à disposition des associations. Il s’agit d’experts-chefs (ou d’anciens experts-chefs) des WorldSkills. Ils aident les associations professionnelles à préparer les compétitions et les critères d’évaluation et à les appliquer dans le cadre du Competition Information System (CIS).

Deux ateliers ont déjà été organisés en collaboration avec les Skills Advisors et les responsables de compétitions des associations professionnelles. Chacune d’entre elles décide désormais en quoi consistent exactement les différents critères et les définit d’ici juin. Au fond, le but est que les responsables fixent les conditions générales des compétitions en se penchant sur les questions suivantes : quelles tâches faut-il assigner aux participants ? Combien de points reçoivent-ils pour chaque tâche ? Quand des points leur sont-ils retirés et combien de points leur coûtent les différents écarts ? Quel type d’évaluation utiliser (évaluation oui/non, évaluation subjective avec des notes ou évaluation objective avec une unité de mesure) ? Il s’agit d’un sujet extrêmement complexe, puisque, au sein des différents métiers, on tient compte d’aspects très différents.

Un investissement pour l’avenir

Ces travaux de préparation intensifs permettent de poser une base solide pour une utilisation du CIS sur le long terme, même après la fin des SwissSkills 2018. En effet, le CIS peut être appliqué de manière globale à différents championnats, permettant ainsi de comparer les performances des participants à différentes compétitions et d’analyser leur évolution. Au fil du temps, il sera possible de déterminer si certains aspects de la formation professionnelle doivent être adaptés. « Voilà le principal atout de ce projet. Sur le court terme, il ne nous épargne pas du travail, mais il nous permet de produire une forte valeur ajoutée et d’investir pour l’avenir », poursuit Rico Cioccarelli.

Indiquer nouvelles relatifs à ces documents de presse