«A huge competitive advantage»

29.09.11

Pour sa première journée à Londres, l'ambassadeur Anton Thalmann a salué l'ensemble de la délégation suisse lors de la réception officielle avec des représentants de la chambre de commerce helvéto-britannique, des autorités londoniennes ainsi que des «Guilds», à savoir les corporations britanniques.

Hier après-midi, les experts sont arrivés de bonne humeur à Londres. La délégation suisse est désormais au complet. Après un premier briefing réalisé par le délégué technique Rico Cioccarelli, tous se sont emparés de leurs téléphones portables – afin que la communication soit optimale –, se sont enregistrés et se sont plongés brièvement dans la vie locale avant la réception officielle à l'ambassade suisse le soir même.

La formation professionnelle suisse est un avantage compétitif

Sur le trajet qui les conduisait au pré-camp de Wotton House à Dorking, les candidats ont pu se faire une première idée de l'état du trafic londonien; ils sont arrivés plus d'une heure après l'horaire prévu au Montague Place où se trouve l'ambassade suisse.

Dans son allocution, l'ambassadeur Anton Thalmann s'est adressé en particulier aux invités britanniques et a souligné, non sans fierté, que la Suisse tirait plutôt bien son épingle du jeu dans la situation économique actuelle. Parmi les raisons de ce succès, on compte la grande flexibilité du marché du travail suisse, fondée sur le système dual de formation professionnelle. Des professionnels bien formés sont un avantage compétitif important (a huge competitive advantage), a-t-il expliqué (en anglais) en regardant les jeunes professionnels présents.

Lors de son discours de remerciement, le président de la fondation SwissSkills Hans-Ulrich Stöckling a déclaré que c'était précisément «une des raisons majeures pour lesquelles les professionnels suisses ont toujours obtenu tant de succès lors des WorldSkills Competitions par le passé». L'équipe abordera la compétition mercredi prochain, accompagnée par ces grands espoirs.

retour

Photos

Montrer tous les photos de la gallerie


Journal de bord de l’équipe

C'est là que nous étions.
Un paradis au milieu de la verdure.
L'air frais du matin pénètre dans la chambre.
Depuis la fenêtre, on peut admirer le magnifique paysage sur lequel flotte un léger voile de brume.

Notre journée commence à sept heures et demie avec un petit-déjeuner britannique équilibré (on peut dire qu'il s'agit d'un petit-déjeuner britannique typique).  On peut notamment se servir au buffet des œufs, des saucisses, des haricots mais aussi, heureusement, des aliments plus habituels pour nous Suisses, comme du beurre et de la confiture, et nous ne sommes donc pas totalement dépaysés par les traditions culinaires du pays qui nous accueille.
Après le petit-déjeuner, des exercices de type qi-gong et détente sont au programme. C'est de cette façon que nous nous préparons mentalement au concours.

«One school one country»

Nous devons ensuite préparer une visite d'école à Londres.  Nous formons différents groupes et élaborons des projets pour présenter la Suisse d'une manière intéressante aux écoliers de 8 à 12 ans.
Nous mettons ensuite au point notre cri de guerre qui sera révélé au début de la journée de concours devant le hall ExCel.  D'ici là, notre cri de guerre doit rester strictement secret.

Après le déjeuner, nous avons la possibilité de nous préparer individuellement à la compétition, de faire du sport ou de faire de la préparation mentale en petits groupes avec Jacqueline Mader.

A 16 heures, nous nous rendons en car à l'ambassade de Suisse. Le voyage en car prend malheureusement plus de deux heures car nous sommes arrivés à Londres aux heures de pointe. Le passage à l'ambassade où un apéritif nous est offert est très agréable mais un peu épuisant. Fatigués et affamés, nous retournons à Wotton House. On nous régale de quelques petits fours pour que nous n'allions pas au lit le ventre vide.

Ce fut une riche journée, quoiqu'un peu fatigante.

Franz-Josef Venetz, Schweisser
Michael Bieli, Drucktechnologe